Santé

Cigarette électronique à cartouche : comment l’utiliser ?

Mis à jour le 13 novembre 2018

Commercialisée en 2015, Juul (prononcé « bijou ») est rapidement devenue la cigarette électronique la plus populaire aux États-Unis et détient actuellement 70% de la part de marché. L’arrivée récente de Juul au Canada (septembre 2018) est une bonne occasion de décrire ce nouveau produit, présenté par son fabricant comme une méthode pour aider à cesser de fumer.

A découvrir également : Quelles sont les qualités d’un bon hypnothérapeute ?

La première caractéristique frappante de Juul est son design élégant : il mesure 9,4 cm de long, 1,5 cm de large et 0,8 cm d’épaisseur (pour un poids total de seulement 10 g), le produit ressemble beaucoup plus à une clé USB qu’à une cigarette électronique. En plus de cette belle apparence, le Juul est également extrêmement facile à utiliser : il suffit d’insérer une cartouche (appelée « pod ») dans le haut de l’appareil et d’aspirer la vapeur générée par l’appareil, sans avoir à manipuler le liquide ou à appuyer sur le bouton supplémentaire. Chaque contient 0,7 ml d’une solution composée de propylène glycol, glycérine, arômes artificiels et 5% de nicotine, ce qui est approximativement la quantité dans un paquet de cigarettes.

La principale innovation apportée par Juul, cependant, reste sa capacité à reproduire la quantité de nicotine qui est absorbée lors de l’utilisation des cigarettes à carburant traditionnelles. Comme le montre la figure 1, les taux de nicotine dans le sang mesurés après une haleine de vapeur générée par Juul sont très semblables à ceux obtenus avec une cigarette traditionnelle et beaucoup plus élevés qu’avec la plupart des cigarettes électroniques disponibles sur le marché.

A lire aussi : Zika, une réelle menace

Figure 1. Comparaison de la quantité de nicotine absorbée après une bouffée de différentes formes de cigarettes.

Sels de nicotine libres vs nicotine

La clé pour comprendre cette supériorité de Juul réside dans la chimie de la molécule de nicotine. À l’état naturel, la nicotine est une base faible qui est spontanément associée à un acide pour former des sels (monobasiques et dibasiques) (voir figure ci-contre) . Ces sels de nicotine ne sont pas très volatils et sont donc mal absorbés par les poumons pendant la combustion du tabac ; cependant, dans les années 1960, Philip Morris a découvert que si tabac est traité avec une solution alcaline (à base d’ammoniac, par exemple), la nicotine est transformée en une base libre beaucoup plus volatile (plus de 100 fois), ce qui augmente considérablement son absorption dans les poumons et le cerveau. C’était une percée, car en manipulant secrètement la biodisponibilité de la nicotine de tabac, les cigarettes sont devenues beaucoup plus addictives qu’elles n’ont contribué à faire de Marlboro, la marque phare de Philip Morris, la cigarette la plus populaire au monde.

En raison de son absorption accrue par le corps, la nicotine libre est également la forme que l’on trouve dans les produits pour arrêter fumer (gencives, sprays, phoques, cigarettes électroniques). Dans le cas des cigarettes électroniques, cependant, cette utilisation présente l’inconvénient de rendre la vapeur générée très irritante (en raison de la nature fondamentale de la nicotine libre), ce qui limite la quantité qui peut être absorbée pendant le vapotage (voir figure 1). Ce problème touche particulièrement les gros fumeurs à la recherche de fortes doses de nicotine pour répondre à leurs besoins ; l’irritation ou l’inconfort causés par un apport élevé de nicotine libre devient un frein empêchant la transition de la cigarette traditionnelle à la cigarette électronique.

La cigarette électronique Juul a contourné ces limitations en utilisant des sels de nicotine au lieu de la molécule sous sa forme libre. À première vue, cela peut sembler une stratégie incroyable étant donné que ces sels sont connus pour être moins absorbés par le corps que la nicotine sous sa forme libre. Cependant, lors du développement de son , les fabricants de Juul ont fait une découverte surprenante : en utilisant certains acides organiques pour former des sels de nicotine (dans ce cas, l’acide benzoïque), ils ont observé que ces sels pouvaient être vaporisés à basse température et que la nicotine était absorbée à un rythme similaire à celui de la nicotine libre. En outre, la présence d’acide benzoïque abaisse le pH de la solution de vapotage et provoque moins d’irritation dans la gorge, ce qui permet à l’utilisateur d’aspirer de grandes quantités de nicotine. En conséquence, Juul peut être considéré comme la première cigarette électronique qui reproduit avec précision la sensation de tabagisme des cigarettes traditionnelles, et pourrait donc être un outil intéressant pour arrêter de fumer.

Juul est un ajout récent au monde des cigarettes électroniques et son efficacité dans le renoncement au tabac, ainsi que ses effets sur la santé n’ont pas encore été établis. Plusieurs études sur les cigarettes Les appareils électroniques montrent que le vapotage génère moins de composés toxiques et cancérigènes que les cigarettes à combustible classiques et il ne fait aucun doute que ces dispositifs sont beaucoup moins nocifs pour la santé. À cet égard, Juul peut même être plus élevé que les autres cigarettes électroniques, car sa concentration plus élevée de nicotine réduit la quantité de liquide consommé et chauffe à une température plus basse, ce qui réduit la production de composés potentiellement toxiques.

La principale préoccupation suscitée par la croissance phénoménale des ventes de Juul reste sa forte teneur en nicotine, qui pourrait créer une dépendance chez les utilisateurs, en particulier chez les jeunes. Plusieurs articles récents ont rapporté que Juul est très présent dans les universités et les lycées des États-Unis, ce qui indique qu’il est fréquemment utilisé par certains jeunes, y compris des mineurs. Cette utilisation est facilitée par la conception du qui leur permet de le cacher facilement aux autorités et, dans certains cas, même cuit à la vapeur à l’école (ce qui a conduit certaines écoles à interdire les clés USB pour arrêter l’utilisation de Juul). Les saveurs des cartouches, comme la « mangue » ou la « crème brûlée », sont également attrayantes pour un jeune public, et des études ont montré que les fumeurs ont souvent commencé à utiliser des produits aromatisés au tabac. La question de savoir si Juul peut servir de tremplin pour le tabac traditionnel demeure ouverte, mais c’est discutable, compte tenu des données récentes selon lesquelles les taux de tabagisme chez les jeunes diminuent régulièrement (la proportion d’adolescents américains qui ont fumé au cours des 30 derniers jours est passée de 28,3 % en 1996 à 5,9 % en 2016).

Quoi qu’il en soit, il est clair que nous devons rester extrêmement vigilants et empêcher ces nouveaux produits de favoriser l’émergence d’une nouvelle génération de fumeurs. Alerté par augmentation constante du nombre d’utilisateurs de Juul, la FDA américaine a récemment demandé aux fabricants du produit de démontrer que leur commercialisation n’est pas destinée aux jeunes et de décrire leurs plans pour limiter l’utilisation de ce produit aux adultes. En réponse à ces demandes, JUUL Labs promet d’investir 30 millions de dollars au cours des trois prochaines années dans la recherche et le développement afin de réduire l’utilisation de Juul par les jeunes et de limiter le produit aux fumeurs qui veulent une alternative moins nocive aux cigarettes traditionnelles. La pression de la FDA a également poussé l’entreprise à retirer ses cartouches contenant des saveurs populaires des points de vente au détail et à cesser de promouvoir ses produits enmediassocials.

Show Buttons
Hide Buttons