Auto

Comment va évoluer le prix du gaz ?

Défini au tarif réglementé par les pouvoirs publics, le prix du gaz peut évoluer à la baisse ou à la hausse. Cependant, pour une meilleure fixation du prix, plusieurs facteurs sont pris en compte. Il s’agit entre autres de la classe de consommation du logement, la zone tarifaire de la commune et les coûts d’approvisionnement. Mais, comment va évoluer le prix du gaz dans les temps à venir ? On fait le tour de la question dans cet article.

Comment évolue le prix du gaz depuis 15 ans ?

Pour mieux analyser l’évolution du prix du gaz dans les années à venir, il convient de faire un rappel de l’historique qui a prévalu depuis 15 ans. On aura :

A lire aussi : Choisir un garage auto : comment éviter les arnaques ?

De 2010 à 2012

Le prix du gaz en 2010 a connu une forte hausse de 9,7%. Cela fait suite à l’agrégation par le CRE de l’augmentation du gaz émise par GDF Suez. Notons que cette formule avait irrité la plupart des consommateurs, du moment où en 2009, les prix avaient connu une baisse de 11,3%. Par ailleurs, dans l’intervalle de 2005 à 2012, on note une augmentation des tarifs d’une moyenne de 80%, notamment chez les consommateurs particuliers. Cela se justifie par la dépendance du prix du gaz naturel vis-à-vis du prix du baril du pétrole.

De 2013 à 2018

Dans la période de 2013 à 2016, le prix du gaz a baissé de 12%. Cela est principalement dû à l’effondrement du prix des matières premières, notamment sur les grands marchés. Cette situation est causée entre autres par la mise en exploitation des pétroles et gaz de schistes et par la baisse de la demande globale.

A lire aussi : La Lotus Seven fête ses 60 ans !

Ce ne sera qu’en 2016 qu’on enregistrera une remontée des prix qui a continué jusqu’en 2017 en raison de la floraison des marchés de gros à travers les différents accords entre les grandes puissances gazières et pétrolières. De même, au début de 2018, on enregistre des hausses consécutives avec un accroissement conséquent de la taxe principale aussi bien sur la TICGN que sur le gaz.

De 2019 à 2020

Déjà en début de 2019, les prix ont connu une nouvelle baisse. Cela s’est justifié par les mesures prises par le gouvernement après le mouvement des gilets jaunes. Cependant, en novembre de la même année, une hausse a été enregistrée à la suite de la mise en vigueur de la formule tarifaire par l’arrêté concernant les tarifs réglementés d’Engie.

Dans la première partie de 2020, la disparition du terme de lissage et la réduction des coûts d’approvisionnement ont conduit à la baisse des TRV. Mais, en août 2020, les prix ont connu une nouvelle tendance haussière de 1,3% en raison de la reprise d’activité après la crise du COVID-19.

De 2021 à 2022

Au mois de mars 2021, on note une hausse des prix de 5,7%. En effet, les coûts d’approvisionnement d’Engie ont augmenté et le terme de lissage a disparu. Une autre hausse du prix de l’énergie a été enregistrée dans le deuxième semestre de 2021. Ainsi, dès le 1er novembre 2021, le gouvernement met en place un bouclier tarifaire dans le but de geler tous les tarifs réglementés et se protéger contre les hausses du prix du gaz.

Cette action s’est poursuivie durant l’année 2022, car le gel a été maintenu par le gouvernement. Selon la CRE, on aurait enregistré au 1er septembre 2022, un niveau de moyen des tarifs réglementés supérieurs de 28,40% hors taxe, s’il n’y avait pas eu de gel.

Quelle prévision peut-on faire de l’évolution du prix de gaz les années à venir ?

En raison des facteurs qui influent sur la fixation des prix du gaz naturel et des différents contextes externes, on ne peut anticiper une baisse ou une hausse. En revanche, d’ici la fin de 2022, il est possible de prévoir une hausse de 172,4% de la TICGN, ce qui peut influencer sur l’évolution du prix du gaz naturelle tout taxe compris.

Par ailleurs, l’Agence Internationale de l’Energie anticipe une hausse de la demande mondiale du gaz naturel, soit un pourcentage de 41 entre 2007 et 2030. Elle rassure en effet sur la suffisance des ressources mondiales de gaz naturel pour faire face à cette augmentation. Toutefois, il est bien possible que les coûts augmentent, du moment où le gaz le plus difficile d’accès sera exploité.