FMI : pour Christine Lagarde, alourdir les impôts favorise la croissance

Dans une récente allocution, Christine Lagarde estime que l’alourdissement des impôts pourrait entrainer une certaine croissance économique. Une proposition avec laquelle tout le monde n’est pas d’accord, mais qui devrait peut-être permettre de résoudre une partie du problème de croissance que connait une bonne partie de l’Europe.

Une décision étrange ?

Selon plusieurs spécialistes, la patronne du FMI est grassement payée et il est assez paradoxal qu’elle fasse la promotion de cette idée selon laquelle le fait d’avoir des charges fiscales plus élevées serait un moyen de générer davantage de croissance pour les pays pauvres. En essayant d’expliquer son plan, ce sont les mots « mobilisations des ressources ménagères » et développements des capacités qui viennent en premier lieu. Ils renvoient surtout aux Etats qui imposent et collectent davantage de prélèvements.

À travers ce programme dont l’objectif affiché est de permettre aux pays pauvres d’accroître leur assiette fiscale, la prospérité semble être au bout du chemin. Christine Lagarde est estimée que si ce plan est réalisé de manière judicieuse, la mobilisation des ressources va sans doute devenir un pilier essentiel d’une économie forte. Pour de nombreux pays en développement, l’augmentation des recettes fiscales est un enjeu de taille pour un développement durable d’ici 2030.

Un déni de réalité

Il faut dire que le discours de Christine Lagarde est un véritable déni des réalités économiques et sociales des pays en voie de développement. En effet, si l’on sait que les pays occidentaux sont passés de la pauvreté à la richesse vers les années 1800, la part de l’État dans l’économie était relativement simple. Cela n’a pas empêché à Christine Lagarde que les pays en développement devraient normalement avoir une charge fiscale équivalente au moins à 15% de leur PIB. Ce que la dame dont le mari est un homme d’affaires payant des impôts avec le projet http://www.francenetinfos.com/nouveau-projet-quartiers-nord-de-marseille-xavier-giocanti-parle-154193/ ne veut pas prendre en compte, c’est qu’elle n’a pas à payer des impôts sur son salaire.

Le FMI pousse au toujours plus d’impôts

Depuis plusieurs années, le FMI fait toujours la politique du toujours plus d’impôts. L’institution a déjà commencé avec les États-Unis et la Christine Lagarde pense qu’un Etat Providence plus important. Récemment, elle avait déclaré que les politiques devraient plus venir en aide aux ménages à faibles revenus. Elle a aussi critiqué la baisse de la fiscalité des entreprises aux États-Unis. Au fond, le FMI veut faire croire que l’argent qui est laissé aux mains des privés sera mal utilisé.