Choisir le bon radiateur

Dans le cadre de l'aménagement d'un intérieur, le chauffage prend une place importante, d'autant plus si l'on habite les Hauts de France ou la région Grand Est, où il fait froid plus régulièrement qu'ailleurs. En effet le choix des radiateurs conditionnera divers éléments de la vie quotidienne, à commencer par la décoration. Certains radiateurs un peu anciens sont effectivement assez inesthétiques, tout simplement parce qu'à l'époque où ils ont été fabriqués on pensait davantage à leur fonction chauffante qu'à leur aspect. D'autres, plus modernes, se marient très bien dans une décoration actuelle, tant dans leur forme que dans leurs coloris.

Le chauffage : un choix financier important

Mais ce n'est pas tant l'aspect décoratif qui importe le plus lorsque l'on doit faire le choix de radiateurs pour son habitation, que l'aspect énergétique. En effet si l'on souhaite par exemple remplacer de vieux convecteurs électriques, qui consomment énormément d'électricité sans s'avérer pour autant efficaces en matière de réchauffement des pièces, il faut réaliser une véritable étude de marché, tant l'offre est importante. On se rendra assez rapidement compte que le radiateur appelé radiant est du même acabit que le convecteur : il chauffe très puissamment et ce avec une grande rapidité, et est extrêmement gourmand, de ce fait. En revanche la grande différence est qu'il renvoie ensuite la chaleur dans toute la pièce, par le biais de rayons infrarouges et réchauffe toute la surface.

Les radiateurs les plus économiques

Aujourd'hui deux types de radiateurs muraux sont ceux que l'on conseille le plus aux particuliers comme aux professionnels de se procurer, du fait de l'évolution technologique qu'ils représentent. Le radiant, évoqué plus haut, a cet avantage de continuer à restituer la chaleur une fois le temps de chauffe terminé et ce par rayonnement infrarouge. C'est le même principe dans le radiateur à inertie, qui va stocker la chaleur, émise grâce à l'énergie électrique, dans une plaque de céramique – on parle alors d'inertie sèche – ou dans un liquide – on parle là d'inertie fluide – puis la restituer au fil des heures mais sans faire appel à la technologie infrarouge cette fois. On parle là de chaleur douce parce que, contrairement à un radiateur radiant, l'intensité est moins grande au moment du processus de chauffe. Au préalable on l'appelait raditeur à accumulation, cette appellation renvoie cependant à des radiateurs de grande taille, dans lesquels ce sont des briques qui stockaient la chaleur pour la restituer, d'où l'utilisation de l'expression chauffage à inertie.