Santé

Cancers du sein : les facteurs de risque

Une femme en rose qui tient un noeud rose

Plusieurs facteurs de risque sont associés à l’apparition du cancer du sein. Cette maladie touche en général les femmes des pays développés. Les facteurs de risques peuvent être liés à l’hygiène de vie ou indépendants des habitudes de vie des personnes atteinte de cette maladie grave. Voici les facteurs qui peuvent entraîner le développement du cancer du sein.

L’âge

Des études ont révélé que la grande majorité des cancers du sein survient avec l’âge. En effet, 80 % des patientes sont âgées de plus de 50 ans. La maladie ne touche pas les femmes de moins de 20 ans. D’ailleurs, les cancers du sein diagnostiqués chez les moins de 35 ans sont des cas exceptionnels. Il est recommandé d’apprendre à reconnaître les signes et symptômes du cancer du sein pour diagnostiquer à temps la maladie.

A lire aussi : Aides auditives : la galère des piles

Prédisposition génétique familiale

Plusieurs recherches scientifiques ont mis en évidence le développement du cancer du sein lié à des antécédents familiaux. Ainsi, si certains proches parents par le sang ont été atteints par le cancer du sein ou un cancer du même genre, il est possible que la maladie survienne chez les ascendants. Le risque d’apparition du cancer est élevé si plusieurs parentes au premier degré ont eu un cancer du sein. Le risque est moindre s’il s’agit des parentes de second degré. Découvrez l’anatomie du sein pour comprendre son fonctionnement et ses caractéristiques pour prévenir le risque de cancer du sein.

Antécédents personnels

Après un premier cas de cancer du sein, le risque de développer un nouveau cancer est assez élevé. En effet, l’autre sein peut être atteint. Mais il arrive que la tumeur se développe dans le même sein déjà atteint par le premier cancer. Les études ont révélé que 20 % des femmes avec un antécédent présentent le risque d’apparition d’une nouvelle tumeur.

A lire aussi : Comment trouver un médecin de garde en urgence le week-end ?

Grossesse tardive ou grossesses interrompues

Les tissus mammaires cessent de s’exposer aux œstrogènes en cas de grossesse non menée à son terme. Cela diminue aussi le nombre de cycles menstruels. Mais tomber enceinte avant 30 ans réduit le risque de cancer du sein. En effet, les femmes qui ont leur première enfant avant 30 ans sont susceptibles de développer le cancer du sein.

Ménopause tardive

Les menstruations cessent à partir du moment où les ovaires ne produisent plus d’hormones. Le taux d’œstrogènes et de progestérones diminue alors. Une ménopause tardive à partir de 55 ans expose plus longtemps aux œstrogènes les cellules mammaires, ce qui peut entraîner l’apparition de cancer du sein.

L’hygiène de vie

Le cancer du sein peut aussi apparaitre lorsqu’on ne fait pas attention à ses habitudes de vie. La consommation de viandes grasses doit être modérée, car cela présente un risque. La consommation d’alcool est également pointée du doigt par les spécialistes. Il s’agit d’un facteur de risque important puisqu’il constitue la principale cause de 15 % des cancers du sein diagnostiqué.

L’obésité

Le surpoids est aussi à l’origine du cancer du sein. Il fait augmenter le risque de développer la maladie. Les chercheurs ont révélé que les femmes adultes qui ont un indice de masse corporelle de 31,2 ou plus présentent 3 fois plus de risque de développer une tumeur de cancer du sein. Il est donc important de maintenir un poids idéal après la ménopause pour diminuer le risque.

La sédentarité

Chez la femme postménopause, l’inactivité physique augmente le risque d’apparition de cancer du sein. Pour limiter le risque, il est préférable de continuer la pratique d’exercices physiques régulière. 30 minutes par séance d’entrainement suffisent pour maintenir une vie active.

L’alimentation

La cause peut aussi se trouver dans l’alimentation. Les personnes qui consomment trop de sucres ou de matières grasses ont plus de chance de développer du cancer du sein. Alors que les femmes qui privilégient une alimentation composée principalement de fruits et légumes présentent moins de risque. Toutefois, il est essentiel de surveiller son alimentation pour rester en bonne santé.

Show Buttons
Hide Buttons