Quand l’intelligence artificielle révolutionne la traduction automatique

L’éditeur Systran possède plusieurs équipes de recherche dont la plupart sont installées en France. Il vient de lancer un moteur de traduction automatique basé sur l’intelligence artificielle. On s’interroge d’ailleurs sur le fait que la machine va bientôt rattraper l’homme. Pourtant l’exploit paraissait pourtant peut réalisable, mais la machine semble pourtant être bien huilée et a été enrichie du big data (analyse des données à grande échelle).

L’intelligence artificielle va bouleverser la traduction

Jusqu’à présent les traducteurs classiques n’étaient pas trop inquiets quant à leur avenir. En effet, malgré les logiciels, il était quasiment impossible pour une machine de restituer de manière assez convaincante toutes les subtilisés de la langue, du second degré du mot et surtout les petites expressions intraduisibles. On a aussi le langage technique et hyperspécialisé, comme dans un droit, l’informatique ou les contrats. Cela va changer dans quelques années et l’on devrait s’attendre à ce que l’intelligence artificielle progresse sensiblement. Aujourd’hui, plusieurs entreprises comme Google, Microsoft ou Systran ont déjà lancé des logiciels de traduction automatique de très bonne qualité. Avec le Neural Machine Translation (NMT), nous sommes dans un concept proche de l’intelligence humaine et ceci permet d’embrasser la complexité d’une langue afin de restituer du chinois.

La solution de traduction neuronale pour entreprise est désormais disponible

Spécialiste de la traduction automatique depuis plus de 40 ans, l’entreprise Systran, dont la R&D est basée en France vient de lancer son propre moteur neuronal. Baptisé Pure Neural MT, il s’agit sans doute la solution de traduction brevet automatique la plus aboutie sur le marché. C’est un réseau qui comprend 3000 lignes de codes, soit davantage que Google Translate. De plus, il est disponible en 30 langues et permet de traiter des phrases, des paragraphes ou encore le document dans sa globalité. On a alors le premier réseau de neurones artificielles chargées de traiter une phase afin d’en extraire le sens.

Remplacer la traduction statistique proposée par Google

La société Systan considère son réseau neuronal comme étant une véritable révolution dans le domaine de la traduction brevet. En effet, il s’agit d’une technologie qui va bien plus loin que la simple traduction statistique qui a été récemment perfectionnée par Google. Celle-ci fournit parfois des résultats très approximatifs voire ridicules avec plein de non-sens. Tout son contraire, le réseau Systran utilise des données bien plus enrichies avec un moteur qui s’adapte et qui s’auto spécialise afin de fournir la meilleure traduction.